La D.H.E.A. ou comment préserver sa jeunesse …

0
565
L'hormone de jeunesse est bénéfique pour l'organisme en général...

Il y a dans le souci de rester jeune la nostalgie d’une jeunesse enfuie, le désir de plaire encore, mais aussi le désir de soigner son image pour soi et pour les autres.

Une bonne hygiène de vie, une alimentation surveillée, un peu d’exercice régulier et quelques compléments alimentaires bien choisis, dont la DHEA, peuvent nous permettre de conserver toute notre énergie et notre joie de vivre.

Vieillir n’est rien lorsque notre santé est bonne et nous permet de continuer d’exercer toutes nos activités, favorites ou non. On fait pourtant le procès de la DHEA avec des arguments orientés, glosant sur les dangers, qui sont surtout économiques ou encore sur l’immorale immortalité… Avec cette notoriété soudaine dans le grand public, le risque de confusion et d’incompréhension quant à ce qu’est la DHEA et ce qu’elle peut faire, est maximum.

La DHEA est vendue aux États-Unis depuis 1992 comme complément alimentaire et sans ordonnance. Produit naturel, donc par définition non brevetable, et de ce fait non rentable (absence de retour sur un investissement financièrement lourd pour le laboratoire qui lancera l’étude de mise sur le marché), on comprend pourquoi les laboratoires pharmaceutiques font preuve de la même tiédeur envers la DHEA que vis-à-vis de bien d’autres substances naturelles (plantes, acides aminés, vitamines, minéraux, oligo-éléments etc…). C’est donc tout un système qui est ici mis en cause: recherche maximale de profit et protectionnisme industriel, entretenant la confusion et la crainte dans l’esprit du public, au détriment de la recherche du bien-être, de la santé, de l’équilibre et surtout de la prévention qui elle apparemment, n’intéresse personne…

La DHEA “mère des hormones”

C’est l’hormone prédominante dans notre corps. Mère des hormones parce que notre corps la convertit dans la forme hormonale qui lui convient le mieux. C’est un composant essentiel de la plupart des fonctions physiologiques.

Les causes de carence de l’hormone DHEA
La chute du taux de DHEA est accélérée par :
– La prise de médicaments diurétiques.
– Une carence en anti-oxydants (vitamine C, vitamine E, sélénium, magnésium, zinc…).
– Les stress multiples, provoqués par les conditions de vie où de travail, par des interventions chirurgicales mais également d’origines psychique telles les dépressions latentes.

La DHEA est en relation inverse à la production d’hormones corticostéroïdes, qui sont produites par les glandes surrénales mais aussi par le cerveau, en réaction aux stress. Le stress est un facteur essentiel du déclin du taux de DHEA, ainsi, plus on a de stress, plus le niveau de DHEA baisse. La supplémentation en DHEA peut commencer entre 35 et 40 ans pour les individus particulièrement fatigués, stressés ou immunodéprimés.

Qu’est-ce que la DHEA ?

La DHEA ou déhydroépiandrostérone est un précurseur de la synthèse d’hormones, produite par les glandes surrénales à partir de notre cholestérol, avec un pic de sécrétion maximal aux alentours de 21 ans, et une chute de production de 90% à 75 ans. La DHEA, fabriquée en laboratoire, est issue par hémi-synthèse d’une plante, discorea villosa ou yam, de la famille des patates douces originaires du Mexique. La molécule issue de cette plante, la diosgénine, subit ensuite certaines transformation enzymatiques qui la transforme en DHEA. Une ingestion de diosgénine naturelle, non modifiée, ne correspond donc pas à une prise de DHEA car le corps humain ne dispose pas des enzymes nécessaires pour effectuer cette conversion. La véritable histoire d’une découverte fabuleuse

  • 1931 : Adolf Butenandt isole cliniquement dans les urines la DHEA sous forme libre. Il devait obtenir le prix Nobel de chimie quelques années plus tard.
  • 1958 : Le Français Max-Femand Jayle, professeur de biochimie à la Faculté de Médecine de Paris, parvient à doser d’une façon précise le décroissement de la DHEA chez l’homme au cours de sa vie.
  • 1960 : Etienne-Emile Baulieu découvre que la DHEA est produite par la glande corticosurrénale.
  • 1972/1991 : Plusieurs séries d’études démontrent une quantité exceptionnelle de propriétés bénéfiques de la DHEA.
  • 1994 : Samuel Yen, de l’Université de San Diego en Californie, publie un essai sur l’homme avec des résultats de la plus grande importance, confirmant que la DHEA serait douée d’une action contre le vieillissement.
  • 1996 : Au Centre Hospitalier Universitaire de Laval au Québec, Femand Labrie, grâce à l’administration de faibles doses de DHEA, a réussi à augmenter d’une façon très sensible la densité osseuse des sujets traités.

Enfin, d’autres observations ont établi un rapport certain entre la prise de DHEA et la réduction de la surcharge graisseuse et des facteurs de risque cardiovasculaire.

Quand doit-on prendre de la DHEA ?

La première étude clinique de la DHEA, publiée dans les comptes rendus de l’Académie des sciences américaines ‘DHEAge’ (réalisée sur 280 personnes âgées à l’issue d’une année de traitement quotidien) fût entreprise par le Pr.Etienne-Emile Baulieu (INSERM) et le Pr. Françoise Forette (Fondation de Gérontologie) associés à une vingtaine de chercheurs français. Elle a permis de vérifier l’hypothèse de base de la théorie endocrinienne du vieillissement: de nombreuses maladies dégénératives et de détériorations fonctionnelles résultent de la baisse de la production de certaines hormones. Pour la première fois, on envisage une normalisation voire une inversion du vieillissement, rendue possible par supplémentation hormonale. A partir de 40 ans le niveau de DHEA n’est plus qu’à la moitié de son niveau optimal. Il ne sert donc à rien d’en prendre avant. La DHEA s’adresse donc aux personnes fatiguées souffrant de maladies dues à la faiblesse de leur système immunitaire, et aux personnes âgées.

Quand ne faut-il pas prendre de la DHEA ?

La DHEA est déconseillée aux enfants et adolescents, aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes souffrant d’une hypertrophie bénigne de la prostate, ou d’un cancer de la prostate, et aux femmes souffrant d’un cancer des ovaires. Il est à noter toutefois que la DHEA n’est pas un facteur déclenchant des maladies de la prostate, mais peut être un facteur aggravant en cas de prise par le malade.

Combien faut-il prendre de DHEA ?

Les doses généralement conseillées sont de 25 mg à 50 mg par jour pour les femmes et de 50 mg à 75 mg pour les hommes. Les spécialistes recommandent dans un premier temps des prises de 25 mg à 50 mg par jour, suivant le sexe et l’âge, puis de faire vérifier le taux de DHEA dans le sang au bout d’un mois de traitement pour adapter la prise au mieux. Il est également recommandé aux hommes de faire contrôler le taux de PSA, qui est le marqueur des troubles de la prostate. C’est d’ailleurs un contrôle qui devrait être systématique chez les hommes ayant dépassé la cinquantaine.

Comment agit la DHEA ?
Les bénéfices de la prise de DHEA sont multiples :

Sur le cerveau : la DHEA stimule le fonctionnement neurologique, améliore la mémorisation, protège les cellules de la dégénérescence du cerveau.

Une action antidiabétique : la DHEA augmente d’une façon très sensible la réaction des cellules d’insuline, important facteur concernant le diabète et l’obésité. Elle augmente également la sensitivité aux hormones de la thyroïde en améliorant la thermogenèse et la production d’énergie des personnes ayant un excès de poids. Cette action anti-obésité est aussi obtenue par blocage de l’enzyme G6PD qui favorise la prolifération des cellules graisseuses.

Sur les os : amélioration objective de ta densité osseuse par ostéodensitométrie. Ce qui signifie une moindre fragilité osseuse. La nouvelle est d’importance vis à vis des risques toujours graves de fractures.

Sur la peau : on observe une amélioration notable grâce à une stimulation de l’hydratation cutanée, une réduction de l’atrophie de l’épiderme et une diminution des taches pigmentaires.

Une augmentation de la masse musculaire : La DHEA agit sur le stress avec une amélioration de l’état dépressif avec une sensation de bien-être physique et psychique et une meilleure qualité du sommeil.

Une amélioration importante et rapide du niveau d’énergie, de la vitalité et de la libido (DHEA précurseur des hormones sexuelles), perceptible après quelques semaines seulement chez 82% des femmes et 67% des hommes (d’après une étude réalisée à l’Université de San Diego, Californie).

Une augmentation de la résistance immunitaire (infections virales du rhume banal à l’herpès) et HIV (stimulation des lymphocytes).

Des propriétés anti-artérioscléreuses (protection cardio-vasculaire).

Effets indésirables ou secondaires :

La DHEA étant une hormone secrétée naturellement, la prise de DHEA aux doses prescrites ne génère aucun effet secondaire. Les hormones sexuelles étant synthétisées à partir de la DHEA, cette supplémentation aurait pu engendrer un excès de testostérone ou d’œstrogène; or lors des études sur l’humain, ces taux n’ont pas été modifiés.

Les associations de produits pour une meilleure efficacité de la DHEA :

Il est recommandé d’associer la prise de DHEA à d’autres produits pour en améliorer son efficacité. Ces produits sont : les antioxydants contre le vieillissement, tels la vitamine E, la vitamine C, le thé vert, les produits favorisant la vascularisation tels que l’huile de foie de requin, la glucosamine et la chondroïtine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here