Hépatites B et C, quels traitements ?

0
1017
Maladies graves : hépatites

Hepatites B & C

On retrouve la désinformation volontaire à tous les niveaux de la société y compris en médecine, en France. Quand je pense qu’en médecine on prétend que pour l’hépatite C, il n’existe pas vraiment de traitement! 

Imaginez la détresse du malade ! Heureusement, les faits contredisent cette affirmation. Lorsque l’hépatite est déclarée, il existe des possibilités de traitements naturels que la médecine préfère ignorer.

Malheureusement cela n’intéresse pas le “big business” de la pharmacie. Par exemple avec l’homéopathie, le traitement est efficace et sans danger. Un tube de 80 granulés est souvent suffisant pour obtenir un résultat, facile à mettre en évidence, avec une analyse de sang. De même, avec l’homéopathie, le malade atteint d’une hépatite virale voit ses symptômes s’atténuer rapidement. Il déjaunit très vite. Il a peu ou pas de séquelles. En biologie, critère objectif de ce qui se passe à l’intérieur de l’organisme, les examens de laboratoire se normalisent rapidement (8 jours en général pour les transaminases). Il faut comparer le coût modeste de cette dépense, à celui de la vaccination préventive, dont l’intérêt reste souvent à démontrer. Car les séquelles de la vaccination anti-hépatite B, parfois gravissimes, sont hélas bien réelles.

Effets indésirables du vaccin Engerix B

Voici les effets indésirables signalés par le laboratoire SMITHKLINE lui-même pour son vaccin ENGERIX B :

  • Réaction anaphylactique (allergie subite et totalement imprévisible, souvent mortelle en l’absence de moyens de réanimation intensive sur place)
  • Fatigue, fièvre, malaise, syndrome pseudo grippal,
  • Vertiges, céphalées, paresthésies
  • Nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales,
  • Anomalies des tests fonctionnels hépatiques (hépatite réelle déclenchée par le vaccin…)
  • Douleurs articulaires et musculaires,
  • Maladie sérique (genre de leucémie),
  • Rash, prurit, urticaire,
  • 
Syncope, hypotension,
  • Paralysie, neuropathie ,
  • Névrite y compris syndrome de Guillain-Barré (hémiplégie droite de cause inconnue),
  • Névrite optique (on devient aveugle),
  • Sclérose en plaques
  • 
Encéphalite, encéphalopathie, méningite,
  • 
Arthrite,
  • Symptômes évocateurs de broncho-spasmes (étouffement, asthme, décès),
  • Œdème de Quincke, 
Érythème polymorphe (forme d’urticaire plus ou moins grave, parfois mortelle),
  • Vascularite,
  • 
Lymphadénopathie (ganglions infectieux avec œdème).

On peut compléter ce tableau par l’annonce, durant l’année 2000, de 20.000 cas de séquelles neurologiques dont 2.000 estropiés à vie. Depuis, ces chiffres ont bien sur-évolués à la hausse, au fil des ans. Rajoutons à cela les révélations d’un médecin américain, le Professeur Bart CLASSEN.

En 1988, une vaccination massive anti-hépatite B, en Nouvelle-Zélande, a entraîné une élévation de 60 pourcent de cas de diabète insulino-dépendant. On estime que ce résultat serait la conséquence de la libération d’interféron, provoqué par cette vaccination.

Alors quels sont les traitements naturels que je recommande ?

Dans le Pao Pereira (arbuste brésilien) se trouve un alcaloïde, la flavopéreirine, qui agit sur l’enzyme qui empêche la multiplication des virus à ARN (virus du tabac, HIV, FEV, virus de l’hépatite C) ainsi que celle des virus à ADN comme celui de l’hépatite B. 
La molécule du Pao détruit les particules virales comme l’ont confirmé spectaculairement les chercheurs de Berne sous la direction du Professeur D. JACHERTZ.
Le traitement avec le Pao Pereira est très efficace,  non toxique et spécifique. Il ne s’attaque qu’aux cellules malades tout en respectant parfaitement les saines. Cela valut pourtant de graves ennuis, en justice, au professeur Beljansky, en France. Ses travaux remarquables sur la molécule du Pao Pereira sont reconnus dans le monde entier, sauf en France! On se demande bien pourquoi ! Le Pao sera conseillé en matière de SIDA, de cancer, de leucémies, d’hépatites et toutes les autres maladies graves en rapport avec l’altération du système immunitaire.

Le traitement est simple. Une gélule par 10 kg de poids/jour. Par ailleurs, la flavopereirine n’induit pas de résistance au cours de traitements prolongés, ni d’effets secondaires.

Le Desmodium est une plante sauvage qui pousse naturellement en Afrique équatoriale. Suite aux travaux du Dr Pierre Tubéry de Toulouse,  nous savons que le Desmodium est avant tout un “protecteur de l’hépatocyte”. Il est nécessaire dans toutes les situations où le foie est agressé par un agent exogène (virus, médicament, chimiothérapie …) ou endogène (réaction auto-immune en particulier). Le Desmodium ne présente aucune toxicité. Il n’agit pas contre le virus, mais protège puissamment le foie.

La persistance de cet effet bénéfique passe souvent par un traitement à vie, sans effet secondaire.

Le Carbo+, charbon végétal suractivé, fait partie de ces produits économiques, simples et efficaces qui n’intéressent guère le lobby pharmaceutique. Pourtant, il est reconnu depuis fort longtemps pour ses puissantes capacités de désintoxication de l’organisme. Il a été démontré scientifiquement et médicalement que le charbon activé attire à lui (grâce à une réaction biochimique) les résidus des médicaments, les stupéfiants, les alcaloïdes, les additifs alimentaires, les produits chimiques agricoles, les métaux lourds, les gaz, les détergents et les solvants organiques qui sont ensuite évacués par l’intestin.

Megasymbio+, les probiotiques renforcent l’immunité lorsqu’elle est faible ce qui est indispensable dans le cas des hépatites, ils augmentent la fonction de barrière de la muqueuse intestinale, en accentuant la production de mucus ou des anticorps. Finalement, ils ont des effets antimicrobiens directs, en prenant la place des bactéries pathogènes (phénomène de compétition) et en empêchant leur adhésion aux parois intestinales.

Le Citrusflor, extrait de pépins de pamplemousse, est indispensable pour son action anti-virale et anti-microbienne. Pour résumer, l’homéopathie associée au traitement naturel donne d’excellents résultats dans les hépatites difficiles à soigner.

PS : pour lutter contre la désinformation, il n’y a qu’un seul moyen, informer, informer et encore informer… Et faire que l’information circule… Faites connaître mon blog autour de vous, vous contribuerez, peut-être, à soulager ou à sauver quelqu’un de la maladie.

Merci de me laisser vos commentaires  ou vos témoignages… Et faites appel à moi, en cas de besoin…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here