Maladie de Willis-Ekbom, anciennement Syndrome des Jambes sans Repos.

0
985
Traitements pour le syndrome des jambes sans repos...

Je me souviens du supplice que fut une soirée au théâtre!. Coincée au milieu d’une rangée, vers le milieu de la pièce, mes jambes ont commencé à s’agiter malgré moi et impossible de les contrôler. Quelle angoisse!! Cette excellente représentation perdit tout intérêt et je me mis à prier pour quelle se termine au plus vite. Ce supplice me reprit dans mon fauteuil devant la télévision, sur ma chaise devant l’écran de l’ordinateur ou dans le lit la nuit.

Ce que l’on croit savoir en médecine, sur ce trouble peu connu et peu étudié : Sur le plan médical, le syndrome des jambes sans repos est une affection caractérisée par une sensation d’agitation au niveau des membres inférieurs. Ce syndrome s’intensifie à la nuit tombée ou au repos, et se manifeste par un besoin impérieux de taper du pied, de bouger les jambes ou de se retourner dans son lit, de faire des flexions, de donner des coups de pieds. Il est pratiquement impossible pour la personne de rester immobile. On sait qu’il s’agit d’un trouble neurologique qui impliquerait un manque de dopamine dans le cerveau, et que les femmes sont en moyenne deux fois plus touchées que les hommes.
Comme souvent, les problèmes démarrent avec des irritations de l’intestin induisant une hyper-perméabilité intestinale qui permet l’entrée des toxiques et des métaux lourds dans l’organisme. Ce dysfonctionnement neurologique pourrait avoir aussi pour origine un manque de fer qui diminuerait la production de dopamine par le cerveau et la moelle épinière, dans près d’un quart des cas, en cas d’insuffisance rénale, de grossesse ou d’antécédent chez les ascendants.
La circulation sanguine est un facteur important autant au niveau cérébral, qu’au niveau des jambes.
Le ginkgo biloba est un antioxydant qui intervient sur l’équilibre entre la dopamine et la noradrénaline. Il est présent avec 12 autres plantes dans le Bioveine.

Ce syndrome semble être aussi associé à la survenue d’une hypertension artérielle, d’un diabète, d’une obésité. Les champs électromagnétiques (électricité, téléphonie, écrans…) pourraient en être une cause supplémentaire ou au moins un facteur aggravant.
Dans le cas d’un syndrome de sevrage aux benzodiazépines, le syndrome des jambes sans repos prendra fin, en général, au terme des symptômes de sevrage qui peuvent durer 10 ans.

Certains tests musculaires ou sanguins (taux de ferritine, d’hémoglobine, d’acide folique, de vitamine B12, de glucose et de créatinine) seront parfois nécessaires pour mettre en évidence certaines carences.

Que faire en cas de jambes sans repos ?
En premier lieu, si un facteur favorisant a été mis en évidence, tel que le diabète ou une carence en fer, il doit être traité.

Pendant la crise, certains gestes permettent un soulagement, mais de courtes durées :
— Bouger les jambes, se déplacer, s’étirer, plier les genoux, faire de petits mouvements de piétinement (lorsqu’on est assis).

— Se masser les jambes.

— Appliquer de la chaleur (douche chaude des jambes, massage énergique) en alternant éventuellement avec du froid (douche froide, poche de glace). — Essayer d’occuper son esprit à d’autres activités. (Plus facile à écrire qu’à faire.)

Certaines règles d’hygiène de vie devront être mises en pratique :
— Éviter les excitants comme le café, le thé, l’alcool ou l’exercice physique intense en fin de journée.
— Faire des massages ou des exercices de relaxation et d’étirements.

Comblement des carences et relance de la synthèse de la dopamine :
La plante Griffonia aide à restaurer l’équilibre entre les neurotransmetteurs. Le Mucuna pruriens (utilisée aussi pour la maladie de Parkinson) joue sur les mouvements incontrôlés. Voir les fiches de ces 2 plantes en annexe.

À la pharmacie :  Prendre en oligothérapie ; Zinc nickel cobalt : 1 ampoule avant le déjeuner.
En homéopathie :
— Zincum met 5CH contre les impatiences.
— Cuprum met 5CH contre les crampes.

En allopathie : Ces médicaments de type « agonistes dopaminergiques » sont recommandés en première intention. Mais, chez les patients, ces médicaments actuellement proposés ont une balance bénéfices risques défavorables.
— Pramipexol; SIFROL est indiqué chez l’adulte pour le traitement des symptômes et signes de la maladie de Parkinson.
Effets secondaires : Modifications du comportement des personnes qui prennent le pramipexole ont développé un comportement anormal tel qu’une dépendance au jeu, des achats compulsifs, une hypersexualité ou une frénésie alimentaire.
Pression artérielle : le pramipexole peut faire baisser la pression artérielle de certaines personnes.
Somnolence ou accès de sommeil soudain : le pramipexole et d’autres médicaments similaires peuvent entraîner de la somnolence et un excès de sommeil soudain ou des attaques de sommeil. Très dangereux en conduisant.
Hallucinations : les personnes qui prennent ce médicament devraient être avisées du risque d’hallucinations (en particulier voir des choses qui n’existent pas vraiment) qui peuvent affecter leur capacité à conduire ou à accomplir d’autres tâches quotidiennes.

LE COMBLE DU COMBLE!!
Dans le syndrome des jambes sans repos : lorsque ce médicament est utilisé pour le traitement des symptômes du syndrome des jambes sans repos, il peut entraîner une aggravation des symptômes tôt le matin. Il peut également entraîner l’apparition des symptômes plus tôt en soirée ou accentuer les symptômes.
— Ropinirol, Adartrel ®, Vunexin ® et Zipereve ® les effets indésirables sont essentiellement de nature dopaminergique, donc prévisibles, il s’agit de nausées (38 %), vomissements (13 %), sensations vertigineuses (12 %) des augmentations de la sévérité des symptômes ont été observées à long terme
— Rotigotine Chez les patients souffrant du syndrome des jambes sans repos, les effets indésirables les plus couramment observés sont les suivants : nausées, réactions au site d’application, états asthéniques (tels que fatigue, faiblesse, sensation de malaise) et céphalées.

Prenez soin de vous et soignez-vous bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here