Une femme sur 2 en souffre au cours de sa vie, et vous ?

Il pourrait s’agir de l’ostéoporose ou bien des violences conjugales mais aujourd’hui c’est des infections urinaires (cystites) que je veux vous parler. En effet, les infections urinaires sont malheureusement très courantes et ce sont principalement les femmes qui en souffrent.

Ces infections sont causées par l’invasion des voies urinaires par des microorganismes et peuvent se produire de deux manières : en pénétrant de l’extérieur par l’extrémité inférieure du tractus urinaire (urètre) qui est la forme la plus courante ou bien par le sang, en atteignant le système urinaire à partir d’une autre partie du corps infectée. Elles sont généralement provoquées par des bactéries, mais elles peuvent aussi être causées par des virus, des champignons ou des parasites.

Le saviez-vous ?

Bien que l’infection urinaire puisse affecter les hommes, ce sont principalement les femmes qui en souffrent le plus, tout simplement en raison de la proximité de l’urètre par rapport à l’anus. Nous devons également prendre en compte d’autres causes non moins importantes, telles que la ménopause et l’incontinence urinaire. De plus, chez les hommes l’urètre est plus long et donc il est plus difficile d’atteindre la vessie. Mais, plus âgé, si des problèmes de prostate se manifestent, ils peuvent, eux aussi, souffrir d’infections urinaires.

Selon une étude récente, une femme sur deux souffre d’une infection urinaire à un moment de sa vie et dans la plupart des cas le recours aux antibiotiques est catastrophique. Cela peut devenir un vrai handicap, en premier lieu parce que les traitements habituels nécessitent généralement la prise d’antibiotiques de moins en moins efficaces et deuxièmement, car la résistance des bactéries augmente. C’est donc reculer pour mieux sauter, car la cystite peut devenir chronique.

Les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Besoin urgent d’uriner, y compris l’incontinence, qui survient à une fréquence anormalement plus élevée.
  • Démangeaisons ou sensation de brûlure en urinant.
  • Douleur ou sensation de pression dans le bas-ventre ou douleur au bas du dos en cas d’atteinte rénale.
  • Sensation de vidange incomplète de la vessie.
  • Douleur lorsque vous urinez ou durant les relations sexuelles.
  • Urine malodorante ou trouble.
  • Sang dans l’urine.
  • Fièvre, nausées et vomissements accompagnant l’un des symptômes mentionnés ci-dessus.

Voici quelques conseils qui relèvent du bon sens :

  • Boire de l’eau. Vous devez boire encore plus de liquide que d’habitude. Cela vous aidera à uriner plus et, par conséquent, à éliminer le microorganisme qui cause l’infection. Comme l’urine est plus diluée, cela vous causera également moins de douleur pendant la miction.
  • Évitez les pantalons trop serrés, surtout à l’entrejambes, ou en matière synthétique, surtout quand il fait chaud.
  • Changez de sous-vêtements tous les jours et choisissez-les plutôt en coton.
  • Urinez après les rapports sexuels. Cela favorise l’élimination des bactéries qui ont pu pénétrer.
  • Maintenez une bonne hygiène des organes génitaux. En particulier chez les femmes, des savons à pH neutre ne modifiant pas la flore vaginale habituelle doivent être utilisés. N’utilisez pas de déodorant dans la région génitale.
  • Évitez la constipation en prenant soin de vos intestins. (MégaSymbio)
  • Soignez votre diabète impérativement (Berbérine et Glucoflor).

Il existe aussi certains aliments bénéfiques pour lutter contre ces infections même si nous en mangeons fréquemment. En plus de leur forte teneur en eau, ils contiennent des substances qui diminuent la fréquence des infections. Ce sont les asperges, la pastèque, l’ananas, l’oignon et l’huile de coco.

L’infection urinaire peut être très douloureuse. Parfois, cela peut même nous empêcher de continuer notre train de vie habituel. De plus, une fois que nous souffrons de la première infection, il est relativement courant d’en avoir à répétition. Les antibiotiques prescrits sont inefficaces s’il s’agit d’une infection due à un champignon (Candida Albicans) ou bien d’un parasite. De plus ils détruisent notre flore intestinale nous laissant un système immunitaire affaibli. Les traitements naturels les plus efficaces que nous pouvons utiliser pour prévenir et lutter contre ces maudites infections sont les probiotiques et les plantes médicinales.

Au laboratoire Janine Benoit, après de nombreuses recherches et essais, nous avons mis au point ‘’CYSTIFLOR’’.C’est une formule complète et efficace à base d’extrait de plantes réputées pour combattre tous types d’infections urinaires. Voici sa composition :

  • La Canneberge est une petite baie originaire des États-Unis, riche en polyphénols et vitamine C lui procurant d’excellentes propriétés antioxydantes. Son usage médicinal est reconnu depuis des siècles pour traiter les infections urinaires. Elle agit en inhibant l’adhésion des microorganismes aux cellules du tractus urinaire grâce aux pro anthocyanidines de type A (PAC) qu’elle contient. De cette manière, tous les types de bactéries tels que E. Coli, ainsi que les autres bactéries causant des infections, ont du mal à proliférer et à infecter la zone concernée. La combinaison de la Vitamine C à la canneberge renforce cet effet protecteur en évitant les récidives.
  • La racine de l’Échinacée est connue pour soulager de nombreuses infections, notamment celles des voies urinaires. L’OMS reconnait ses vertus pour prévenir les infections urinaires et combattre les bactéries car elle aide à stimuler le système immunitaire.
  • L’hibiscus et l’orthosiphon possèdent un puissant effet antibactérien mais aussi antidouleur. Ces extraits de plante permettent aussi de détendre les muscles utérins et de faciliter la miction, chose très utile en cas d’infections urinaires.
  • Enfin, la Bruyère et le Persil sont des plantes médicinales diurétiques qui vont permettre d’augmenter le volume des urines et, de cette manière, éliminer les bactéries et les germes pathogènes afin de retrouver rapidement un bien-être urinaire.

Voici les produits complémentaires à associer car le principal est de se soigner efficacement et naturellement :

MEGASYMBIO: Les infections urinaires sont liées avec l’intestin, il est donc indispensable de prendre des pré et probiotiques, pour contribuer à la reconstruction de la flore intestinale. Cela permet de renforcer les défenses immunitaires. MégaSymbio+ se prend à raison de 1 gélule matin, midi et soir 10 minutes avant les repas.

CITRUSFLOR : La prolifération des bactéries intestinales de type Escherichia coli (E. Coli) sont à éliminer lors de Cystite : l’extrait de pépins de pamplemousse Citrusflor, est un antibiotique naturel très efficace pour lutter contre 800 sortes de virus et de bactéries. Citrusflor se prend à raison 5 gouttes matin, midi et soir dans un demi-verre d’eau.pH : est un impératif de votre trousse à pharmacie pour neutraliser l’acidité de l’organisme apportée par la Cystite. Et ainsi accélérer la récupération. pH à base de minéraux et citrates alcalins agit efficacement sur le système digestif et le pH urinaire. pH se prend à raison 3 gélules matin et soir avec un demi-verre d’eau.THÉ VERT : Lors d’une Cystite, il est important de boire en quantité. Pensez à boire au moins 2 litres d’eau par jour et aussi du thé vert qui possède des antioxydants essentiels pour lutter contre les radicaux libres et qui va faciliter l’élimination en augmentant le besoin de miction tout en purifiant l’organisme. GRIFFONIA : Le stress déclenche très souvent une cystite, Griffonia, à raison de 3 gélules le soir est une réponse naturelle extrêmement efficace pour aider à retrouver calme, sérénité et qualité du sommeil sans aucun effets secondaires. Son efficacité est similaire aux anxiolytiques et les antidépresseurs de synthèse.SERENOFLOR : En cas de dépression, pour accentuer les effets de la griffonia, il est utile d’associer le complément alimentaire Serenoflor gélules. Il va agir efficacement contre l’anxiété, le stress, les troubles de l’humeur et la dépression qu’elle soit légère ou grave. Sa prise se fait à raison de 3 gélules le matin, de préférence à jeun.Pour en finir une remarque : les infections urinaires sont aussi une maladie du rein qui est l’organe qui gère deux émotions : une négative : la peur et une positive : la volonté. Lorsque nous sommes soumis au stress, à la peur, à l’angoisse, ou à un choc physique ou émotif, il y a un dérèglement énergétique qui provoque un dérèglement de l’ensemble de l’appareil urinaire et qui entraîne une acidification de l’organisme et une infection par les bactéries Escherichia coli, venues de l’intestin.

Il ne faut surtout pas prendre les cystites à la légère à cause des risques pour les reins !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here